Horaires d'ouverture

  • Du jeudi au lundi :

09h00 - 12h00 / 16h00 - 19h00 (horaire d'été) 

 09h00 - 12h00 / 14h00 - 17h00 (horaire d'hiver) 

 

  • Fermeture le mardi et mercredi

Uniquement sur
rendez-vous !
 

 

Collaborateur Intervenant

Parce que savoir répondre à toutes vos demandes est essentiel, je travaille en étroite collaboration avec Hervé Pupier, fondateur du Clan des Seeonee en 1982, éducateur canin, formateur et spécialiste des troubles du comportement ainsi que des chiens agressifs depuis plus de 30 ans.

 

En cas de troubles du comportement sévères, sa solide expérience auprès des chiens ainsi que son savoir-faire permettront de vous apporter des réponses complètes et ainsi d'établir un programme d'éducation adapté à vos demandes spécifiques.

 

Suivez mon actualité

  

On entend souvent parler des devoirs du maître... Partout on peut lire des articles très parlant sur le sujet... On parle même des "commandement du bon maître"...

Hélas, rarement on entend parler des devoirs et des droits du chien... Et pourtant... Cette notion n'est-elle pas capitale ?

On ne fait pas le poids face à la mâchoire d'un chien... La plupart des adultes ont une certaine prudence face à un chien, mais un enfant n'a pas conscience de sa fragilité face au chien... N'est-il donc pas capital de mettre un cadre strict au chien pour que tout ce petit monde puisse vivre et cohabiter dans une sécurité relative ?

Si l’on veut que le chien soit en confiance quelle que soit la situation, même (surtout ?) face une situation anxiogène, ne lui faut-il pas une personne stable, positionnée hiérarchiquement à ses côtés ? Une personne qu’il pourra interroger plutôt que de s’en référer à lui-même et offrir tout un panel de réponses canines, inappropriées dans notre monde d’humain ? Une personne qui lui permettra d’être tranquillisé et serein ?

Mon fils, ma bataille, mon sang, ma chair, mes poils…

Oui mais… A notre époque, la place du chien s’est modifiée…Ce n’est plus un chien, c’est un « membre de la famille » à part entière. Notion sympathique, mais tellement dangereuse…

Personnellement, je n’ai aucune méfiance face à mon père, ma tante, mon oncle, mon frère, etc… Je SAIS avec une grande certitude que je ne risque pas de me faire arracher la moitié du visage par eux…

J’aime mes chiens profondément, mais puis-je pour autant les placer au même niveau en terme de sécurité qu’un des membres de ma famille ? Certainement pas…

Si un jour, mon chien vient de se faire horriblement mal,ai-je la certitude absolue qu’il ne me donnera pas un coup de dent par reflexe ?

Si un jour mon chien tombe malade sans que je ne le décèle,et qu’il change brusquement de comportement, serais-je prête à cela ?

Si un jour un enfant trébuche et tombe de tout son poids sur mon chien, suis-je persuadée que par pur reflexe, jamais mon chien ne le pincera ou ne le mordra ?

Réponse : je n’ai aucune certitude absolue quand à la première et à la dernière question… Et pourtant, j’ai éduqué mon chien, je lui ai fixé des règles, je l’ai même habitué à ce que le fait de trébucher sur lui, lui marcher sur la patte, ou lui tirer les oreilles ne lui pose pas de problèmes…

Et en réponse à la seconde question, oui, je serais prête, car je garde en tête que mon chien est un animal. Cela ne m’empêche en rien de l’aimer, de le respecter, de m’en occuper, et d’y être profondément attaché par un lien qui jamais ne disparaît, et ce, même lorsqu’il part pour le « paradis des bestioles »….

Etre garant de la sécurité de son chien, et être garant de la sécurité des individus que l’on croise

Mettre son chien à la bonne place, en gardant en tête quec’est un animal, que cet animal est doté d’instincts puissants, d’une dentition dangereuse, et d’une mâchoire extrêmement musclé est capital lorsque l’on a un chien.

Comment pouvons-nous être garant de sa sécurité et de la sécurité des autres si on considère le chien comme un membre de sa famille ou un bébé ? Réponse, nous ne le pouvons pas. Pour cela, il faut avoir conscience de ce qu’il est, et fixer un cadre hiérarchique clair.

Les droits et les devoirs du maître

Le maître à des devoirs. C’est évident. Sinon ce n’est pas un bon maître. Personnellement, voici ma vision du bon maître :

  • Le maître se doit d’être bienveillant et patient lors de l’apprentissage de son chien
  • Le maître se doit d’être un référent de confiance auprès de son chien (« à côté de moi, tu ne risques rien »)
  • Le maître doit fixer un cadre d’obéissance à son chien (« quand je te rappelle au pied, tu te dois de revenir »)
  • Le maître doit satisfaire aux besoins physiologiques (nourriture), physiques (courir, sa balader, nager, …), émotionnels (communication, jeux, caresses, …), et pathologiques (santé) de son chien
  • Le maître se doit de respecter son chien en tant que chien en le mettant à la bonne place, et ainsi, respecter son équilibre

J’évite volontairement tout le laïus sur le fait de ne pas frapper son chien, ne pas l’abandonner, s’en occuper lorsqu’il vieillit, etc…C’est une EVIDENCE…

Les droits et les devoirs du chien

Il est nécessaire d’inculquer un certain nombre de notions à son chien…

  • Une notion de « condition »pour commencer… Une réponse positive systématique aux nombreuses demandes du chien, n’est pas envisageable.
  • Une notion « d’obligation » >> « Même si en face de toi, il ya quelque chose de très intéressant, tu es dans l’obligation de faire ce que je te dis. »
  • Une notion « d’interdiction » >> « Un certain nombre de choses sont totalement proscrites, et tu te dois de respecter ces interdictions. »

« Mon Dieu, mais elle est très dure cette éducatrice… Complètement coercitive… Moi avec mon chien j’ai une relation d’amour, il me comprend, je comprend, et on s’aime »…

Alors laissez-moi vous donner quelques exemples communs… Que vous pouvez vivre dans votre vie de tout les jours :

Si vous jetez la balle à votre chien systématiquement, à chaque fois qu’il vous l’apporte… Qui a éduqué l’autre ? Est-ce vous qui pouvez vous targuer d’avoir appris à votre chien à rapporter le balle à chaque fois ? Ou est-ce lui qui pourrait se vanter de vous avoir éduqué à lui lancer sa balle à chaque fois qu’il vous l’amène ?

Et cette incohérence multipliée par toutes les autres réponses systématiques que vous lui offrez, ne met-elle pas le chien dans une position hiérarchique forte ? Et le jour ou votre chien sera confronté à une situation particulière, vous sondera-t-il pour obtenir une réponse de votre part, ou en tant que patron, agira-t-il de lui même, totalement hors de votre contrôle ?

Et la notion d’obligation alors ? Un maître doit être capable de « maîtriser » son chien quelque soit la situation. Vous avez un chien « éduqué », vous êtes sur de vous, vous le baladez d’ailleurs en total liberté… Habituellement, un simple « kiki aupied » suffit à ce qu’il revienne à bride abattue… Oui mais…aujourd’hui, une femelle en chasse se trouvait de l’autre côté de la nationale… Ayant été éduqué sans cette notion d’obligation, votre chien à donc le choix entre revenir à vous afin d’avoir la récompense habituelle, ou suivre son instinct profond et extrêmement puissant… Vous l’appelez, désespérément, mais c’est déjà trop tard… Kiki est mort, écrasé par un camion…

Et la notion d’interdiction dans tout ça ? Un chien correctement éduqué, doit connaître les limites à ne pas franchir dans le monde d’humain dans lequel il vit… Question de sécurité élémentaire… Tu n’as pas le droit de grogner, de pincer ou de mordre (sauf si je te le demande, mais ça,c’est autre chose). Tu n’as pas le droit de sortir du périmètre de ton territoire, (dont je t’aurais montré les limites), sans moi. Malgré tes instincts, tu n’as pas le droit d’aller tuer les poules du voisin… Tu dois te contrôler dans tes mouvements quand tu es face à des enfants… Tu ne dois manger QUE ceque ton maître te donne (les boulettes empoisonnées ne sont pas des légendes urbaines… Une interdiction telle que celle-ci peut donc sauver la vie à votre chien…). Et tant d’autres exemples encore…

Est-ce réellement si dur comme traitement ? Est-ce si cruel d’avoir un chien équilibré, heureux, et en parfaite sécurité ?

Pour conclure

Un chien a 95% de son temps, tout ce qu’il désire… Il a faim ? On le nourrit. Il a besoin d’exercices ? On le balade, on court avec lui, on le fait nager. Il a besoin de contact ? On le caresse,on joue avec lui. Il est malade ? On le soigne…

Mais les 5% où on lui demande quelque chose, le chien se doit de le faire. Pour une vie agréable à vos côtés. Pour une vie harmonieuse dans le monde des êtres humains. Pour une sécurité relative de tous y compris de lui-même.

Les notions de « membre de la famille », « d'enfant », de « bébé » sont à mon sens extrêmement dangereuses, car cela veut dire, que de manière implicite, vous mettez le chien au même statut de compréhension que celui des êtres humains. Hors, même si beaucoup de similitudes de réactions et de comportements existent entre nos deux espèces, d’énormes différences font que ce sont bien des chiens, et nous des humains. Le raisonnement est différent. Les instincts, les modes de communication également.

Je ne suis pas le « papa ou la maman » de monchien, ce n’est pas « mon enfant ». C’est mon chien. Et je suis son maître de référence. Je ne suis pas « l’humain de mon chien », je suis son « maître de confiance ».

Personnellement, quand mon chien va avoir un comportement qui ne va pas convenir, je le guide en lui disant « non », en lui proposant un autre comportement plus adéquat, et en le lui imposant si cela nelui convient pas… Cela vous paraît-il être de la maltraitance psychologique ?

A méditer tout cela…

Roseline Gay Pupier - Educateur canin et formateur

0
0
0
s2smodern
Powered by JS Network Solutions