Horaires d'ouverture

  • Du jeudi au lundi :

09h00 - 12h00 / 16h00 - 19h00 (horaire d'été) 

 09h00 - 12h00 / 14h00 - 17h00 (horaire d'hiver) 

 

  • Fermeture le mardi et mercredi

Uniquement sur
rendez-vous !
 

 

Collaborateur Intervenant

Parce que savoir répondre à toutes vos demandes est essentiel, je travaille en étroite collaboration avec Hervé Pupier, fondateur du Clan des Seeonee en 1982, éducateur canin, formateur et spécialiste des troubles du comportement ainsi que des chiens agressifs depuis plus de 30 ans.

 

En cas de troubles du comportement sévères, sa solide expérience auprès des chiens ainsi que son savoir-faire permettront de vous apporter des réponses complètes et ainsi d'établir un programme d'éducation adapté à vos demandes spécifiques.

 

Suivez mon actualité

  

Bonne nouvelle, la télévision parle d’éducation canine !Youpiiiii !

Ces derniers temps fleurissent sur des chaînes et à des heures de grandes écoutes des émissions sur les chiens et sur l’éducation canine… Bonne nouvelle !

Enfin… Bonne nouvelle ? Vraiment ?

A une époque ou fleurissent de beaux discours visant à nous faire croire que rien n’est plus facile, amusant et ludique que d’apprendre aux chiens un certains nombre de choses… A une époque ou il faut choisir son vocabulaire avec grand soin pour ne pas stresser ces pauvres « bébés »… A une époque ou le chien devient roi… Est-ce une bonne chose une émission sur les chiens ?

Ca le serait, si les médias visaient à rétablir la vérité…

Ca le serait si les médias expliquaient que chaque chien est unique et que donc les « outils de travail » à mettre en œuvre sont en adéquation avec chaque chien…

Ca le serait si les médias montraient les bons côtés amusants et complices, mais aussi les règles à mettre en place pour avoir une vie harmonieuse…

Ca le serait si les médias montraient toute sorte de chiens, avec toute sorte de problèmes, du plus léger (mon chien aboie sans arrêt, mon chien détruit le canapé) au plus grave (mon chien est agressif, il a fait 10 points de suture à mon voisin)

Hélas, les dernières émissions en date sont loin d’avoir cette éthique… Dans l’air du temps, ça prône le chien-enfant roi, les non-règles, et le laxisme… Evidemment, les chiens sont choisis, ils sont sympathiques, ont des soucis de comportement minimes, et un caractère collaborant…

Nous voyons une comportementaliste face à un chien qui mange une chaussure, expliquer qu’il ne faut « JAMAIS disputer son chien et JAMAIS lui dire non »… La solution ? Disputer la chaussure (quelle crise de rire jaune j’ai eu lorsqu’elle c’est exclamée « Vilaine chaussure, tu n’es qu’une vilaine chaussure »)…

Nous voyons un vétérinaire comportementaliste qui explique les bienfaits du « baby talk » car parler à un chien comme à un bébé solutionne comme par miracle les problèmes…

Nous voyons des chiens porter des pyjamas déstressant, regarder des DVD pour chiens pour pallier à leur ennui, transformer les jardins des propriétaires en déchetterie de bouteille plastique dans le but d’épargner les rosiers, nous les voyons avoir leurs propres valises et leurs propres téléphones portables…

Oui mais bon… ça ne peut pas faire de mal… c’est à prendre avec humour…

Avec humour vraiment ?

Le particulier non averti ne va-t-il pas prendre pour argent comptant les solutions diffusées, et les reproduire sur son chien ? Selon le chien, son tempérament, son caractère,cela ne peut-il pas s'avérer vraiment dangereux ?

Prenons l'exemple de la bouteille à la rillettes (pour rappel, le chien détruit tout dans le jardin, et plutôt que de lui expliquer ses interdits et ses possibilités pour s’amuser, le comportementaliste demande aux gens de prendre des bouteilles de plastique vides, de mettre des rillettes dedans et de les jeter dans le jardin pour occuper le chien) : il s'agit là de déviation, afin d'occuper le chien dans un moment un peu anxiogène pour lui, afin qu'il s'habitue progressivement à rester seul parfois dans le jardin... Ce n'est pas une mauvaise idée comme point de départ... L'ennui, c'est qu’à aucun moment on ne cherche à traiter le fond du problème, aucune notion d'apprentissage réelle, aucune notion d'interdit, aucune explication sur le pourquoi du comment...

Avec des chiens tranquilles comme ceux présentés dansl’émission, pourquoi pas (même si à mes yeux la solution est très loin d'êtrecomplète)... Mais banalisé à tous les chiens, c'est dangereux et irresponsable...

Et le jour ou l'on n'a plus de bouteilles vides et que l'on doit partir faire des courses ? Que se passera-t-il ? Le chien trouvera une occupation pour pallier à son ennui, et à sa légère inquiétude de se retrouver seul... Et comme aucune notion claire d'apprentissage n'a eu lieu, il recommencera ses bêtises...

Et si un jour le chien n'a pas faim ou que la bouteille ne l’amuse plus ? Que se passera-t-il ?

Et si un jour, les maîtres partent en vacance ? Le pensionneur ou la famille de confiance qui le garde ne fera pas tout ce cinéma... Que se passera-t-il en terme d'anxiété pour le chien ?

Et si l'on met en place cette solution avec un chien de caractère ? Cela marchera-t-il à votre avis ? Et si un enfant s'approche d'une des bouteilles d'un chien de caractère ? N'y a-t-il pas une dangerosité pourl'enfant ?

Et les risques d’occlusion intestinale lorsque le chien ingère des morceaux de plastique coupants comme du verre ?

Voilà pourquoi banaliser des solutions simplistes est grave et dangereux à grande échelle... Car ce sont les chiens qui en pâtiront en premier... Triste pour le chien... Et ce sont également les maîtres qui enpâtiront… Triste pour les maîtres…

« Votre chien est un tyran domestique ? Mais c’est ça d’avoir un chien ma p’tite dame… »

A partir de ce simple constat ci-dessus, une vraie sirène d’alarme retentit en moi…

N’est-on pas en train d’expliquer aux gens qu’il est normal et que cela fait partie de la règle du jeu, d’avoir un chien qui fait des bêtises ?

N’est-on pas en train d’expliquer au gens qu’il y a une partie ou l’on peut rattraper certains comportement par des moyens ludique et drôle (qui détourne le chien de sa bêtise sans jamais avoir à lui expliquer qu’il n’a pas le droit), et que le reste fait partie intégrante de la vie commune homme / chien ?

Et de ce fait, lorsqu’une famille se fait tyranniser par son chien, et que cette famille va voir un de ces nouveaux éducateurs canins dernier cri et si tendance, et que ce dernier (après lui avoir fait acheter un forfait de cours, et après avoir testé sans succès ce genre de« solutions » vue à la tv) explique qu’il n’y a pas de solutions… La famille, pour l’avoir vu à la télévision n’est-elle pas encline à le croire ?

N’est-on pas en train de banaliser le fait qu’avoir un chien équivaut à avoir son lot de souffrance (adieu canapé, adieu télécommandes, adieu jardin fleuri… c’est ainsi, vous avez un chien madame… il faut savoir ce que l’on veut…) ?

Lorsqu’un je reçois des appels désespérés de personne qui ont été voir ce type de personnes qui ont transformé leur petit chiot en roi de la maison, et qu’à 6 mois, le chien montre les dents parce qu’on essaye de le faire descendre du canapé… Je demande toujours à ces maîtres ce qu’a préconisé la ou les personne(s) qui s’occupe(nt) d’eux… Les réponses sont édifiantes :

  • « il nous a jeté dehors en disant que notre chien est dangereux et qu’il faut le faire piquer »…
  • « Il a refusé d’approcher le chien »…
  • « Lorsque le chien s’est approché de lui, il a couru et s’est caché derrière une porte »…
  • « le chien la pincé sur le terrain d’éducation et depuis il ne répond plus à mes coups de téléphone »
  • « personne ne veut me recevoir dès que j’explique par téléphone les problèmes de mon chien »…
  • « il a regardé mon chien derrière la vitre de la voiture et a refusé que je le sorte du coffre »…
  • « il n’est pas rentré dans la propriété mais m’a donné des consignes par dessus la haie »…
  • « il m’a dit qu’il n’y avait pas de solutions, et que c’était ça d’avoir un chien »…

La réalité des choses… Ce que la télévision ne dit pas…

Il est extraordinaire d’avoir un chien. C’est source de joie, de rire, de complicité, d’émotions… C’est un bonheur. C’est un régal. Je ne me verrais pas vivre sans chien.

Hélas, la télévision ne montre quasiment que cela. Le plaisir et le bonheur d’avoir un chien dans sa vie… Les problèmes rencontrés sont balayés par des solutions qui n’en sont pas, accompagnés d’une musique adaptée avec une voix off qui commente de manière à nous faire sourire de la situation…

Premier constat oublié des émissions : il est de notre devoir d’expliquer les règles de vie qui sont les nôtres au chien qui arrive dans la famille :

  • « Tu n’as pas le droit de manger mon fauteuil. »
  • « Tu ne dois pas déterrer mes rosiers. »
  • « Tu ne dois pas manger les fils électriques. »
  • « Cette pièce est autorisée, celle-ci ne l’est pas, tu n’as donc pas le droit de rentrer. »
  • « Tu ne dois pas me montrer les dents même si je touche à ta nourriture »
  • « Tu ne dois pas sortir de la propriété. »
  • et toutes les règles que vous jugerez nécessaire …

A ces conditions que je vais t’apprendre, tu auras une belle vie, riche de plaisir, de jeux, de câlins…

Second constat oublié des émissions : Il est impensable que le chien décide de nos gestes :

  • « Surveille la table, sinon il va manger le poulet »…
  • « Cache la balle dans ta poche sinon il va te sauter dessus »…
  • « Ne reçois pas tes copains à la maison, ça le fait aboyer »…
  • « Mets le chien dans le salon, sinon, il va t’embêter quand tu vas sortir les courses de la voiture »…

Tout cela est clairement impensable… Ce n’est plus une vie harmonieuse, c’est une torture dictée par le chien.

Troisième constat oublié des émissions : Certains chiens ont un fort tempérament. C’est ainsi. Patrimoine génétique, lacunes d’apprentissages ou passifs compliqués… certains chiens montrent les dents, grognent, attaquent, blessent, vont même jusqu’à être dangereux. C’est un fait. Il est tout à fait possible de les éduquer (dans la grande majorité des cas), et ainsi d’avoir une vie agréable avec eux comme avec les chiens au tempérament plus doux… (J’aimerais bien voir la technique du « baby talk » avec ce type de chien… ça me ferait bien rire je pense !)

Quatrième constat : Certains chiens ont des troubles du comportement. De la même manière que le point précédent : évidement rééducable…

Pour conclure

Que l’on ne s’étonne pas en tant qu’éducateur canin de recevoir de plus en plus de personnes au bord de la crise de nerf… Ou de personnes qui s’écroulent en larme au téléphone…

Que l’on ne s’étonne pas devant le nombre croissant de morsures…

Que l’on ne s’étonne pas du nombre faramineux d’abandons…

La télévision était source de divertissement. Elle était source d’abrutissement aussi. Voici que maintenant elle est source de désinformation canine… A méditer tout cela…

Roseline Gay Pupier - Educateur canin et Formateur

0
0
0
s2smodern
Powered by JS Network Solutions