Horaires d'ouverture

  • Du jeudi au lundi :

09h00 - 12h00 / 16h00 - 19h00 (horaire d'été) 

 09h00 - 12h00 / 14h00 - 17h00 (horaire d'hiver) 

 

  • Fermeture le mardi et mercredi

Uniquement sur
rendez-vous !
 

 

Collaborateur Intervenant

Parce que savoir répondre à toutes vos demandes est essentiel, je travaille en étroite collaboration avec Hervé Pupier, fondateur du Clan des Seeonee en 1982, éducateur canin, formateur et spécialiste des troubles du comportement ainsi que des chiens agressifs depuis plus de 30 ans.

 

En cas de troubles du comportement sévères, sa solide expérience auprès des chiens ainsi que son savoir-faire permettront de vous apporter des réponses complètes et ainsi d'établir un programme d'éducation adapté à vos demandes spécifiques.

 

Suivez mon actualité

  

Un article polémique... Un mot diabolisé... De quoi en perdre notre latin !

J’ai publié il y a 2 jours un article qui se voulait... tranquille ! J’ai parlé de la coercition de la part de nos chiens, sur nous les humains.

Cet article avait pour but d’expliquer que le sens même du mot “coercitif” avait été massacré, diabolisé, mis à toutes les sauces.... Et largement relayé sur tous les médias possibles, particulièrement sur les réseaux sociaux...

J’avais donc donné la définition première du mot, copié depuis mon dictionnaire... Et là, première erreur : à priori, le dictionnaire n’a plus de valeur et la plèbe passe outre pour expliquer qu’elle a raison et que le dico à tort...

Voyons la définition de ce terme : “La coercition est l'action de contraindre quelqu'un, pour le forcer à agir ou à s'en abstenir. Elle existe notamment par contrainte physique et/ou psychologique.”

J’avais ensuite expliqué que si l’on voulait aller jusqu’au bout, il fallait parler de tous les acteurs... y compris les chiens !

J’avais ensuite donné quelques exemples vécus personnellement ou vécu par mes clients pour étayer mes dire... Des exemples banals... Des exemples de la vie courante...

J’avais néanmoins pris soin de bien noter que le chien n’avait pas de notion particulière ou de calcul prémédité en faisant acte de “coercition”:

"Les chiens n’ont pas l’envie de nous faire du mal. Ca c’est un fait. Un autre fait, c’est qu’un chien, suivant sa race, sa taille, son poids et son caractère, ça peut franchement faire du dégât sur nos petits corps d’humain... le tout sans méchanceté aucune... juste parce que ce sont des chiens sans règles..."

Ce qui me fait plaisir, c’est que beaucoup de maîtres de chiens et d’éducateurs canins ont eu l’intelligence de comprendre mon propos, et même de l’argumenter par des exemples qui leur sont personnels...

Ce qui me fait doublement plaisir, ce sont les personnes qui n’étaient pas d’accord avec mon article, et avec lesquelles j’ai eu le bonheur d’avoir des discussions intelligentes sur le sens de l’article, sur notre vision des choses, et sur nos opinions... Et triple plaisir, j’ai vu ses mêmes personnes comprendre, et me dire qu’en effet, elles étaient finalement bien d’accord avec le sens premier de cet article... Formidable !

Et puis... Il y a les autres... Les obtus sans arguments... Les “je sais tout mieux que tout le monde, mieux que ceux dont c’est la profession, et pour cause : j’ai un chien donc je sais !”

Petit résumé des phrases récurrentes que j’ai pu lire et contre lesquelles, contre vent et marée, aucune discussion ne fut possible :

    • “le chien ne le fait pas dans le but de nous dresser et nous dominer”
    • “vous cherchez à leur faire peur ou les contraindre”
    • “présenter le coercitif du côté chien : aucun calcul, aucune volonté de contraindre à l'aide d'outils, aucune volonté de soumettre en permanence, de faire obéir, de faire peur”
    • “faire plier le chien engendrant une crainte”
    • “jamais personne n'a eu besoin de cracher sur un de mes chiens pour le faire plier”
    • “il serait bon de ne pas vouloir un énorme chien tonique quand on est mou et idiot”
    • “elle est dans un total anthropomorphisme celle là...”

Et j’en passe, n’ayant pas eu le courage de tout noter !!! Ce qui est sur, c’est que ce mot signifie dans l’esprit sectaire : “faire plier”, “faire peur”, “terroriser”, “dominer”, ... c’est revenu moult fois...

Ce qui est revenu aussi quelques fois, c’est le fait d’assassiner le maitre... si le chien fait mal, si le chien mord, si le chien bouscule : c’est la faute du maitre épicétou !!!!

Ah et n’oublions pas ceux qui m’ont écrit que si j’écrivais cet article c’était pour me dédouaner de mes nombreuses actions de maltraitance... ah bon... aaaah diffamation quand tu nous tiens...

Bon bon bon... reprenons... Pour ceux qui n’auraient pas compris mon propos... Je vais tenter de venir un tout petit peu l’étayer :

Le fond de l'article ne visait à incriminer personne. Il ne visait pas non plus à donner de solutions... Il vise à ouvrir un peu notre esprit sur UN mot : "coercitif". Car tel que ce mot est présenté partout, nous avons affaire à de gentils et tres tres doux petits toutous qui se prennent de la "maltraitance" dans la tronche. Hors c'est totalement faux. Partir de ce principe est une erreur de langage même...

Cet article posait donc juste le problème de la "diabolisation" d'un mot... utilisé et réutilisé à tout va dans toutes les situations pour parler de maltraitance... D’un mot qui est devenu une vraie “insulte” à part entière... Alors oui, ça peut choquer d'entendre parler de coercition chez le chien envers l'humain... et pourtant... le sens initial du mot l'explique...

Les chiens bondissent, les chiens mordillent, les chiens font un tas d'actions pour obtenir de nous et de l'environnement ce qu'ils souhaitent... C’est dans leur nature de chien que d’agir ainsi... Rien de plus normal pour un chien... Et pourtant, en cela ils font preuve de "coercition" au VRAI sens de ce mot. Et le maitre a pour mission de lui apprendre dans la tranquillité et la justesse les règles "coercitives" des humains... Et ainsi tout le monde vit en harmonie et dans le bonheur d'être ensemble...

Mais nous pouvons contraindre de bien des manières... Marcher au pied est par substance complètement contre nature pour un chien... Un chien ça court, ça renifle, ça explore... Il s'agit bien là de lui faire un apprentissage pour lui expliquer ce que l'on souhaite, et pour le "contraindre" en effet a effectuer un comportement souhaité par l'homme (car pratique dans bien des situations)... mais pour cela, sommes-nous obligé de crier, de forcer, de tirer (de “plier”, de “dominer” et de “faire peur” si j’en crois ce que je lis) ? Ou peut-on lui expliquer que lorsqu'il est "au pied" il lui arrive toujours un truc cool ? et que lorsqu'il dépasse, ça ne l'est pas (et pas besoin de lui dévisser la tête... l’absence de récompense, une intonation, un regard, une attitude suffise la plupart du temps...)

L'éducation donc, qui est l'action de contraindre son chien a un certain nombre d'action est de la coercition par définition...

Cette coercition est-elle pour autant négative ? Pour les imbéciles surement... Pour ceux qui réfléchissent un tant soit peu, elle est source de plaisir pour le chien (et en même temps pour le maitre) !

Néanmoins on le “contraint” bien à quitter cette sublime odeur de crotte de lapin pour revenir à nous au rappel... On le “contraint” à marcher dans la direction de notre choix alors même qu'il y avait une poule dans la direction inverse... On le “contraint” à s'assoir alors même que le chien a très envie de piquer un sprint... Oui mais... la finalité de cette contrainte c'est du bonheur, du jeu, de l'émotionnel, de la bouffe, de la joie et tout ce qui peut procurer du bonheur au chien... En tout cas si l’on travaille son chien correctement !

Actuellement, ce mot, “coercitif” est totalement négatif dans les esprits. Coercition = torture, maltraitance, douleur, soumission, horreurs... Nous sommes bien loin de la vérité du dictionnaire...

Nous sommes nous-mêmes, les humains, entourés d'objets coercitifs : la ceinture de sécurité des voitures est un bon exemple... Cette ceinture me contraint, me serre, est désagréable... Pire encore si je ne la mets pas, un bip se met à sonner de plus en plus fort, me provocant irritation et agacement... Tout cela est hautement contraignant... Je n'ai pas la liberté de faire ce que je veux... Oui mais... Cet objet coercitif m'a sauvé la vie lors d'un accident ou j'ai fait des tonneaux et ou je serais surement morte....

Hummmm... Alors ? Coercition = forcément maltraitance ??? Vous êtes sur de ça ?

Cet exemple est pourtant proche du chien pas encore éduqué, que l’on contraint dans ses mouvements par une laisse (objet coercitif) lorsqu’on se balade avec lui à côté d’une route passante...

Et vous, connaissez-vous des objets ou des situations de votre quotidien d’humain qui sont coercitifs et pourtant si nécéssaire ?

Roseline Gay Pupier - Educateur canin et Formateur

0
0
0
s2smodern
Powered by JS Network Solutions